Actualités

Rémi Cavagna s'impose à Marcolès (Cantal) pour le retour du Critérium international

Le champion de France clermontois Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step) s’est imposé sur le critérium de Marcolès, mercredi 4 août, succédant ainsi à Warren Barguil, vainqueur dans le Cantal en 2019.

A peine rentré des Jeux Olympiques de Tokyo, Rémi Cavagna a vite montré qu’il en avait sous la pédale, malgré sa récente traversée du globe.

A Marcolès, très loin du Japon mais devant du public, le Clermontois de la Deceunick a fait honneur à son maillot de champion de France en surgissant dans les deux dernièrs tours, laissant les places d’honneur à Benoît Cosnefroy (AG2R-Citroën) et Bruno Armirail (Groupama FDJ) pourtant déjà calé en tête à cinq tours de la fin.

— Jean-Paul Cohade (@JPCohade) August 4, 2021Pari réussi pour les organisateurs du critérium

Les deux hommes avaient su se montrer saignants au fil de la course mais ils n’ont pu que constater la prise de contrôle de l’Auvergnat, presque sur ses terres, pour succéder à Warren Barguil au palmarès.

La pluie, qui avait fait son apparition dans le dernier tiers de la course n’a pas gâché une fête retrouvée, même si l’épidémie de Covid 19 n’a pas permis aux organisateurs de signer le copié-collé rêvé de la dernière édition disputée en 2019.

La pluie a fait son apparition dans le dernier tiers de la course mais sans gâcher le final. Photo Thierry Lindauer

Même s’il faudra attendre au moins l’été 2022 pour retrouver la même densité de population dans les rues de la cité cantalienne, avec des coureurs qui se pressent aux badauds et se prêtent au jeu des photos avec plaisir et non pas derrière des barrières, Marcolès a réussi son pari en renouant avec le cyclisme. Le tout avec le régional de l’étape qui lève les bras. 

Jean-Paul Cohade

Source: La montagne – Rémi Cavagna s'impose à Marcolès (Cantal) pour le retour du Critérium international


L’ancienne boulangerie est devenue Autour du four, le nouveau commerce créé par Armelle

En visitant le bâtiment, Armelle a découvert un ancien four à pain, pourtant caché. Il a été remis en état, et a donné son nom à la nouvelle boutique : Autour du four !

La boutique Autour du four est ouverte

Un nouveau commerce a ouvert à Marcolès : « Autour du Four » est un petit magasin de proximité où Armelle, la propriétaire des lieux, a achalandé ses étals de produits régionaux, de plats à emporter, froids ou chauds, salés, sucrés, fabrication maison, cuisinés avec des produits frais et locaux. Des huiles essentielles y sont également proposées.

Tout est allé très vite pour cette nouvelle venue. C’est par hasard que sa route s’est arrêtée, au cours de cet hiver, à Marcolès. Arrivant de l’Aveyron où auparavant, agricultrice, elle pratiquait le maraîchage dans un grand corps de ferme, alliant la transformation de ses produits avec le métier de traiteur, Armelle a décidé de tourner la page suite à des problèmes de santé. Originaire du Nord de la France, elle ne désirait pas pour autant quitter la région, et souhaitait s’installer dans le Cantal, sans avoir d’idées précises sur ce qu’elle pourrait entreprendre. Sa recherche l’a conduite dans la petite cité de caractère, et une heureuse coïncidence l’a guidée vers cette maison, qui jadis, fût une boulangerie.

Un four et une terrasse

Et tout en visitant les lieux, l’idée d’ouvrir un commerce s’est imposée à elle, qui plus est lorsqu’elle a découvert le four à pain qui avait été condamné. « Ce four est devenu une évidence pour moi, d’où le nom de l’enseigne. Maintenant qu’il est remis en état, je vais l’utiliser et y cuire des plats traditionnels mijotés en cocotte, des tourtes, des galettes, et une fois par semaine des pizzas. Les personnes pourront, si elles le veulent, consommer sur place les produits achetés. Une terrasse est aménagée en conséquence. Mais je reste une boutique avant tout, donc pas de service à table à attendre. »

Un site internet est en cours de création, dans lequel une vente en ligne des produits présentés en magasin seront proposés. Une réservation et une vente des mets confectionnés par Armelle pourront également être effectuées en ligne. De plus, étant dans la démarche du zéro déchet (sa boutique regorge des vieux meubles récupérés de-ci de-là), elle accepte que chacun puisse venir acheter ses produits ou récupérer ses achats avec ses propres contenants.

Autour du Four, rue de la Mairie, tél. 04.71.47.65.25 ; ouvert du mardi au samedi de 11 heures à 12 h 30 et de 15 heures à 19 heures ; plages plus larges en été. Pizzas sur réservation le vendredi soir.

Source: La montagne – L’ancienne boulangerie est devenue Autour du four, le nouveau commerce créé par Armelle


Des soirées contées vendredi et samedi

Marcolès. Une dernière soirée contée avec Cécile Demaison.

Marcolès. Yves Durand revient à Marcolès. Ce vendredi, pour sa soirée contée, le comité d’animation accueille pour la troisième fois le conteur professionnel Yves Durand. Ce dernier, originaire de l’Aveyron, s’est lancé dans le conte en 1998, après avoir débuté sa carrière artistique en 1994, par le théâtre amateur, puis professionnel. Mélangeant avec malice l’occitan au français. Yves Durand aime conter, raconter, mettre en scène mille et un récits et légendes tirés de son imaginaire, de collectages, de contes traditionnels ou merveilleux, devant un public pour enfants ou familial, compréhensibles par tous, tout en s’aidant de sa gestuelle, en s’adaptant au public en jouant avec les sonorités, les allusions et les jeux de mots entre les deux langues.

Le spectacle présenté, Contes du Pays d’Oc, est un florilège de contes, de portraits sur l’humanité, où chacun pourra se retrouver lui-même ou entrevoir les autres.

Rendez-vous vendredi 30 juillet à 21 h 30, place de l’Église.

Samedi, Cécile Demaison présentera son dernier spectacle L’amour malhabile. D’abord formée comme comédienne, Cécile Demaison réalise très vite son envie d’être présente dans la création d’un spectacle de bout en bout. N’avoir aucun frein à la rêverie et aux possibles. Elle développe tout d’abord des spectacles pour le jeune public dans lesquels elle aime tout faire « à vu « , sans artifice, à la recherche de tous les moyens pour développer les imaginaires. C’est alors qu’elle rencontre le conte et plus largement, l’art de la parole. Elle s’y forme grâce à de nombreux stages proposés dans le Cantal puis avec le labo de la Maison du Conte, à Chevilly-Larue (Val-de-Marne). Depuis, elle raconte pour tous les publics, de la petite enfance au grand âge, et dans tous les lieux. Dans sa besace, il y a un peu de tout : des contes merveilleux, des légendes, des récits de vie ou des créations personnelles.

Rendez-vous samedi 31 juillet à 21 h 30, place de l’Église.

Pratique. Tarifs : adulte, 8 € ; de 8 à 15 ans, 4 €. Réservation aux 06.38.91.06.42, ou 04.71.63.58.30, ou 06.41.97.18.55.

Source: La montagne – Des soirées contées vendredi et samedi


La Petite cité de caractère® a désormais son couteau

Tout comme Aurillac et Salers, Marcolès a désormais son couteau. « Le Marco » est le fruit d’une réflexion partagée entre Nicolas Montin, coutelier, enfant du pays, et quelques amoureux du village.

Le « Marco » détaille Marcolès

«Ingénieur en mécanique de formation, j’ai appris les bases théoriques qui m’ont permis d’apprendre les techniques nécessaires à la coutellerie. J’ai toujours été passionné par le bois que j’ai commencé à travailler très jeune, dans l’atelier de mon grand-père, et, tout en réparant de vieux outils, j’ai commencé aussi à travailler le métal. Cela fait deux ans environ, je me suis tourné vers la coutellerie en restaurant les couteaux de cuisine, puis en créant des couteaux à lame fixe, et enfin des modèles pliants. Je souhaitais également participer à la dynamique de création qui habite Marcolès auquel je reste très proche, et faire connaître à ma manière le village en créant « Le Marco ». Je voulais un couteau différent des autres de part son ouverture et sa fermeture, tout en restant fluide à manipuler en toute sécurité ».

Ce couteau, c’est aussi un trait d’union entre les hommes et les différents éléments du terroir castanhaïre : la feuille de châtaignier lui a donné sa forme unique de la lame, la semelle de la galoche du Cantal a inspiré celle du manche. Une lamelle de granite est enchassée dans le manche en bois de châtaignier, deux éléments emblématiques rappelant la Châtaigneraie cantalienne. Et iI s’identifie à la Petite cité de caractère® par son nom et son logo.

« Le Marco », c’est également une belle aventure humaine dans laquelle Nicolas Montin a voulu associer les artisans locaux. Outre la Galoche du Cantal, qui confectionne les étuis en cuir, en plus de sa contribution dans la forme du manche ; Guillaume, du Jardin du Menuisier, en a façonné le bois, et Serge a fourni les barrettes de granite.

Enfin, « Le Marco » est une véritable prouesse technologique à 95 % française, et 99 % européenne. Ainsi, la découpe au laser des aciers, le formage des ressorts et l’usinage des entretoises sont réalisés par des PME françaises. Tout le reste est fait par la main de Nicolas, y compris le traitement chimique des aciers et le façonnage du manche. Chaque modèle est unique et les cent premiers sont numérotés.

Un certificat d’authenticité est remis à l’achat du couteau dans lequel se trouve au QRcode permettant de se connecter directement sur les films de sa conception.

« Le Marco » est en vente au prix de 100 €, à la salle d’exposition Giraudet, rue Longue, jusqu’au 31 août. Commande possible par courriel : nm.coutellerie@free.fr

Source: La montagne – La Petite cité de caractère® a désormais son couteau


Les Français Rémi Cavagna et Benoît Cosnefroy, têtes d'affiche du 23e critérium de Marcolès (Cantal)

Après une année blanche, le critérium international de Marcolès revient le 4 août. Une édition qui nécessitera de présenter le pass sanitaire et pour laquelle le « TGV de Clermont » sera présent.

Privé de peloton l’année dernière pour cause de Covid, le critérium cycliste international de Marcolès revient bien cette année. Le mercredi 4 août, dans la Châtaigneraie cantalienne, la petite reine retrouvera son trône pour la 23e édition de l’épreuve, forcément un peu adaptée.

Le pass sanitaire obligatoire pour le public

« Le pass sanitaire est mis en place. Il faudra se présenter en étant vacciné ou avec un test PCR ou antigénique négatif. On en aura sur place, ce sont des tests qui se font en 20 minutes (les antigéniques N.D.L.R.) au cas où des personnes seraient un peu gênées. Et si ça ne change pas d’ici là, ce sera aussi possible pour les personnes qui ont eu le Covid entre six mois et 15 jours avant », précise Francis Cantournet, responsable de l’organisation.

La défection d’Alaphilippe fait grincer des dents

Pour ces retrouvailles avec le critérium, Marcolès ne pourra pas compter sur la présence de Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), lequel a indiqué hier qu’il ne prendrait pas part aux criteriums d’après Tour (après avoir déjà renoncé au JO). Un désistement qui reste d’ailleurs en travers de la gorge de Francis Cantournet.

« Je suis très en colère [après Alaphilippe]. Pour une fois qu’on avait un champion du monde français. Je trouve que ce n’est pas très professionnel, même s’il est papa. On sait que quand on est coureur professionnel, ça fait partie des inconvénients. Son manager nous avait dit que la semaine après les Jeux olympiques, il en ferait quelques-uns et il y a eu ce changement de stratégie ».

Un peloton de qualité avec notamment Cavagna et Cosnefroy

À l’inverse, le champion de France Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step lui aussi) sera bel et bien présent et fera figure de tête d’affiche d’un peloton qui devrait être plus qu’intéressant.

« On est confiant », assure Francis Cantournet qui travaille sur plusieurs pistes et a déjà eu la confirmation de la présence d’un autre Français, Anthony Pérez (Cofidis), qui s’est notamment illustré sur le Tour avec un prix de la combativité lors de la 17e étape (Muret – Saint-Lary-Soulan).

Benoît Cosnefroy sera également présent à Marcolès. Le grimpeur d’AG2R Citroën avait arboré le maillot à pois sur le Tour lors de l’étape Châtel-Guyon-puy Mary en 2020. Photo Jérémie Fulleringer

Anthony Delaplace et Bruno Armirail confirmés

Dans la foulée de la fin du Tour, d’autres coureurs français ont confirmé leur présence sur le temps fort cycliste de l’été dans le Cantal. Le coureur d’AG2R Citroën Benoît Cosnefroy sera lui aussi une des têtes d’affiche avec également Anthony Delaplace (Arkea) et le coureur de la Groupama FDJ Bruno Armirail.

Un peloton d’une quarantaine de coureurs est attendu avec le départ de la course reine donné à 19?h?30. Dès la mi-journée, les jeunes et les amateurs animeront l’événement. « On commencera dès midi avec toutes les catégories de l’école de cyclisme, puis les minimes et les cadets où les féminines peuvent courir et l’épreuve de la semaine cantalienne juniors-seniors », détaille le président du critérium.

La vaccination des  amateurs « est rentrée dans les mœurs »

Hormis les coureurs de moins de 17 ans, les participants devront eux-mêmes montrer patte blanche en ce qui concerne le pass sanitaire. « Mais c’est entré dans les mœurs », constate Fabrice Cantournet. « Une équipe m’a encore appelé récemment et sur dix coureurs, 9 sont déjà vaccinés ».

Si elle ne sera pas un copié-collé des précédentes éditions, avec l’absence de bodega et l’obligation du port du masque pour l’assistance, la tenue de cette 23e levée du criterium est un soulagement.

« On aura peut-être un peu moins de monde, mais il fallait le faire », pointe le responsable qui se veut rassurant auprès des visiteurs attendus. 

Même sans bodega, les gens pourront se ravitailler. On a un système de restauration en place et il y aura des sandwiches.

Par ailleurs, le speaker Daniel Mangeas sera bien au micro, tandis que le journaliste Thierry Adam sera également présent sur la course, tout comme l’ancien pro et consultant pour Eurosport, Steve Chainel.

Jean-Paul Cohade

Source: La montagne – Les Français Rémi Cavagna et Benoît Cosnefroy, têtes d'affiche du 23e critérium de Marcolès (Cantal)


Une année qui se termine bien

Marcolès. Une année qui se termine bien. Après avoir présenté l’ordre du jour de l’assemblée générale, Marc Piganiol, président de la Maison familiale rurale, se félicite de l’implication et de l’assiduité de chacun, administrateurs et personnel, pour le travail effectué tout au long de l’année. Le résultat de l’exercice comptable est positif, et le président salue tous les partenaires, élus, institutionnels et privés pour leur soutien.

Gilles Malvesin, directeur, a retracé dans son apport d’activités, les temps forts pédagogiques des différentes formations et annonce les excellents résultats obtenus aux examens avec une réussite de 100 % : diplôme national des brevets, 19 élèves reçus dont 12 avec mention ; Bac pro CGEA (conduite et gestion des entreprises agricoles) : 8 reçus dont 4 avec mention ; Bac pro mécanique : 6 reçus dont 4 avec mention.

La MFR réfléchit à l’amélioration de la vie résidentielle, où maîtresses de maison, surveillant de nuit et élèves seront impliqués, cette réflexion portant sur un projet d’aménagements des locaux.

Afin d’envisager des investissements et des projets, Marc Piganiol souhaite trouver une stabilité et une cohésion dans le personnel de l’établissement, tout en maintenant le nombre d’apprenants pour stabiliser économiquement la MFR (90 inscrits pour la rentrée de septembre). « Cela passe par un renforcement de l’accompagnement des apprenants et de leur famille, par une augmentation en notoriété de nos formations actuelles en impliquant nos partenaires, tout en travaillant sur les projets de nos formations (agroéquipement, formation ouvriers agricoles, Plan châtaigne. Toutes ces orientions seront guidées par la certification Qualiopi et le label RSO ».

Les élus présents sont tous unanimes quant à la place de la MFR en qualité d’acteur économique sur le territoire de la Châtaigneraie cantalienne et plus largement sur le département.

Source: La montagne – Une année qui se termine bien


La piscine est ouvert au public

Marcolès. Ouverture de la piscine. La piscine a ouvert ses portes jeudi dernier, après un rafraîchissement bien mérité, et sera fonctionnelle jusqu’au mardi 31 août.

Les personnes se présentant à l’entrée doivent obligatoirement porter le masque. Les vestiaires resteront fermés, les baigneurs devant donc conserver avec eux leurs affaires, afin de respecter les mesures sanitaires en vigueur. Ainsi, le masque reste obligatoire lors des déplacements dans les parties intérieures communes (sanitaires et accueil), mais pas sur la plage, ni dans le bassin. Et comme chaque année, le bassin est sous le contrôle d’une surveillante diplômée d’un BNSSA.

Les horaires. Tous les jours de 14 heures à 19 heures (fermée les 4 et 15 août).

Les tarifs. Adulte, 2 € (10 entrées, 17 €) ; de 6 à 14 ans, 1 € (carnet de 10, 8 €) ; visiteur, 0,80 €. Pour rappel : short de bain interdit.

Source: La montagne – La piscine est ouvert au public


Le programme des animations a été dévoilé et prévoit plusieurs temps forts et quelques surprises

Les présidents des associations marcolésiennes se sont réunis en présence de Christian Mo ntin et des élus, pour dérouler le programme estival dans la cité castanhaïre.

L’été sera résolument festif dans la cité

Cette année encore, les différentes associations ont répondu présentes pour faire en sorte que la saison estivale marcolésienne regorge d’événements.

La saison 2021 a démarré le premier samedi de juillet avec la projection en plein air du film L’époque de Mathieu Bareyre, au théâtre de verdure de la mairie, en collaboration avec l’association Les Esclops. Puis dès lundi 5 juillet, et tous les lundis des mois de juillet et d’août, l’association a planifié une visite commentée gratuite de la cité médiévale à 14 h 30 (point de départ au parking de l’An-2000).

S’adapter aux consignes sanitaires

Les grands rendez-vous traditionnels auront bien lieu mais sous une forme revisitée, en cohérence avec la situation sanitaire en vigueur. Le comité d’animation culturelle a donc transformé, pour cette année, les Nuits de Marcolès en Soirées contées, les week-ends des 23-24 juillet et 30-31 juillet, au cours desquels les conteurs professionnels Serge Valentin (les 23-24), Yves Durand (le 30) et Cécile Demaison (le 31) se produiront place de l’Église à 21 h 30, sous une mise en lumière de Benoît Tedde.

Le mois prochain. Les manifestations aoûtiennes débuteront mercredi 4 août, avec le Critérium international de Marcolès, dont le plateau est en cours de finalisation.

Il sera suivi le 8 du concours de pétanque à 14 heures, au terrain de sport. Le 15 août, les « minis Lez’arts de la rue » ouvriront leurs scènes à sept compagnies de théâtre de rue qui se produiront dans le village en des lieux et heures précises. Les réservations seront obligatoires pour assister aux différents spectacles.

Le 27 août, la compagnie Théâtre group effectuera une sortie de résidence à 18 heures, dans la cour de l’école. Et, pour finir le mois, aura lieu le 28 à Marcolès, de 9 heures à 17 heures, une des cinq épreuves du championnat de France d’enduro kids (de 7 à 17 ans), organisé par l’association Les Tracautermes.

Les animations se poursuivent aussi en septembre

Septembre sera marqué par une soirée musicale organisée lors des Journées du patrimoine, par l’association Les Esclops. Puis, la randonnée « de four en four » clôturera le millésime 2021, dimanche 26, avec une animation durant le déjeuner du groupe Youk Trio.

D’autres projets sont prévus et en cours de finalisation : une journée de dédicaces d’écrivains, le 18 août, et une journée des peintres de la rue, dont la date est encore à déterminer.

Du 1 er juillet au 31 août, des expositions d’artistes locaux sont également ouvertes pour les visiteurs de la Petite cité de caractère® : maison Aigon, maison Bardes, maison Destain, salle Giraudet.

En savoir plus. Renseignements au comité d’animation culturelle, tél. 04.71.63.58.30, 06.38.91.06.42, Les Esclops 06.43.97.55.84, inscription enduro kids : engage-sports.com

Source: La montagne – Le programme des animations a été dévoilé et prévoit plusieurs temps forts et quelques surprises


Critérium de Marcolès : l’édition 2021 est maintenue au 4 août prochain ont annoncé les organisateurs

Le programme n’est pas encore totalement bouclé mais l’association organisatrice du Critérium international de Marcolès a arrêté la date de la 23e édition : mercredi 4 août.

Entouré des membres du bureau et en présence de Christian Montin, maire, et de René Pouget, président du Comité départemental de cyclisme, Francis Cantournet, président, a ouvert l’assemblée générale du Critérium international de Marcolès. Si celui-ci n’a pas été organisé en 2020, notamment dû au report du Tour de France en septembre, l’association n’est pas pour autant restée inactive.

Elle a proposé une soirée anecdotes en juillet avec Daniel Pautrat, ancien commentateur du Tour de France et ami de Raymond Poulidor. Et aussi accueilli une course de vélo de la semaine cantalienne mercredi 5 août, date habituelle de la manifestation. Malgré cette année de transition, les finances de l’association sont à l’équilibre, les partenaires institutionnels étant restés fidèles.

Une réflexion lancée pour le paiement en ligne des entrées

La 23e édition du Critérium aura lieu mercredi 4 août, à l’identique des années précédentes, et organisée en fonction des mesures sanitaires en vigueur.

Francis Cantournet et les membres du bureau réfléchissent déjà au plateau qu’ils pourraient accueillir, ayant d’ailleurs quelques sérieuses pistes, mais celui-ci ne sera réellement définitif qu’au cours du Tour de France. Parallèlement, une réflexion est en cours concernant la mise en place du paiement en ligne des entrées pour la manifestation. Le président a précisé que le site internet de l’association avait été relancé grâce à Fabien Faure, journaliste à Vélostory (criterium-marcoles.com).

Suite au vote et à la reconduction du bureau actuel, l’assemblée générale s’est conclue par l’intervention des partenaires, suivie d’un verre de l’amitié pour saluer l’engagement de ces derniers et des bénévoles.

Source: La montagne – Critérium de Marcolès : l’édition 2021 est maintenue au 4 août prochain ont annoncé les organisateurs


Deux emplois saisonniers pour cet été

Marcolès. Les dernières décisions du Conseil Municipal. Comme chaque année, lors du conseil municipal, les élus ont voté à l’unanimité, le recrutement de deux emplois saisonniers, afin d’assurer le bon fonctionnement de la piscine et du camping municipal cet été. Les deux postes sont : un opérateur territorial des activités physiques et sportives, à temps plein, responsable de la surveillance de la piscine ; un adjoint territorial d’animation, à temps partiel, chargé d’assurer l’accueil et l’entretien du camping et de la piscine en complément du personnel titulaire.

Un animateur cet automne pour la maison commune de la Parro

Par ailleurs, suite à la réalisation de la maison commune de la Parro, les élus ont donné leur accord pour la création d’un poste d’animateur à l’automne.

Celui-ci aura en charge l’organisation de divers ateliers pour les personnes âgées de la résidence en lien avec le club des aînés, comme l’atelier mémoire, les activités culturelles, sportives ou autour du numérique, et ce afin de faciliter le « bien vieillir ». Une partie du temps de travail pourrait être également consacrée aux visites guidées du village.

Au fil des dossiers. Les subventions accordées aux associations pour l’exercice 2021 s’élèvent à 23.250 € pour 24 associations.

Une réflexion relative à une éventuelle reprise de la station-service du village du « Portail-Bas » par la commune est à l’étude.

Christian Montin a présenté aux membres du conseil municipal des informations qu’il a récoltées auprès de l’actuel gérant, des services de l’État, de la société d’entretien mais également auprès de communes aveyronnaises qui gèrent elles-mêmes la station de leur village.

Source: La montagne – Deux emplois saisonniers pour cet été


Une grange en partie détruite par un incendie à Marcolès (Cantal)

Un incendie s’est déclaré dans une grange, à Marcolès, dans la soirée du mardi 25 mai. Le bâtiment abritait du fourrage

Mardi, vers 19 h 50, les pompiers ont été appelés pour un feu de bâtiment agricole, dans le bourg de Marcolès. Il s’agissait d’une grange de 150 m2 qui contenait une vingtaine de bottes de foin.

La toiture s’enflamme à Aurillac (Cantal), l’avenue Charles-de-Gaulle fermée à la circulation

L’incendie n’a fait aucune victime et il a été circonscrit par les pompiers d’Aurillac et de Saint-Mamet sous la direction du chef d’équipe de secours d’Aurillac.

Plusieurs bottes de foin ont brûlé. 

Dix-sept sapeurs-pompiers et cinq véhicules ont été mobilisés. Une surveillance du site par les pompiers a eu lieu toute la nuit de mardi à mercredi ainsi qu’hier matin. L’origine du sinistre est indéterminée. Elle ne peut, en tout cas, pas être électrique.

Clément Bessoudoux

Source: La montagne – Une grange en partie détruite par un incendie à Marcolès (Cantal)


Les jeunes de la MFR se sont intéressés à cet engin

Elle a plus de cent ans, ils en ont tout juste quatorze ou quinze : les jeunes de la Maison familiale rurale ont restauré la vieille pompe à bras du village, qui prenait la poussière dans un hangar…

La pompe à incendie restaurée

Elle dormait au fond d’un hangar, sous une bonne couche de poussière. De temps à autre, elle était déplacée, parce qu’elle gênait. L’idée de lui rendre son lustre passé trottait depuis un certain temps dans la tête de Sébastien, l’agent technique de la commune. Et puis voilà qu’une opportunité va donner vie à son projet : les élèves de troisième de la Maison familiale rurale doivent conduire un projet personnalisé dans le cadre d’un enseignement pratique personnalisé.

Totalement démontée

Sous la conduite de Christian Martin, ils sont une douzaine à avoir consacré cinq séances de deux heures à nettoyer, démonter, frotter, poncer, repeindre, remonter, une par une les pièces de la belle endormie.

Ce projet, parfaitement pluridisciplinaire, a ainsi permis aux élèves de comprendre une technologie spécifique, de s’initier aux méthodes de restauration, de respecter et conserver un patrimoine mécanique, de le resituer dans une époque pas si lointaine.

La pompe à bras a été acquise par la municipalité au début du siècle dernier. Elle a été fabriquée juste après 1900, dans une usine spécialisée à Vuillafans (Doubs). Elle est toujours en parfait état de fonctionnement, même si quelques joints mériteraient d’être remplacés. Elle trône maintenant dans la cour de la mairie, suscitant la nostalgie des anciens et la curiosité des plus jeunes.

Source: La montagne – Les jeunes de la MFR se sont intéressés à cet engin