Actualités

Nouveau bureau pour les parents d’élèves

Marcolès. Un nouveau bureau pour l’APE. Suite à la démission, il y a un mois et demi, du bureau de l’APE Marcolès-Saint-Antoine-Vitrac lors de la dernière assemblée générale, des parents d’élèves se sont portés volontaires afin de poursuivre le travail qui avait été effectué par les membres démissionnaires dudit bureau.

C’est ainsi qu’au cours de l’assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue la semaine dernière, il a été voté à l’unanimité la modification des statuts de l’association dans le souhait d’instaurer une coprésidence, suite à une volonté commune de trouver un équilibre dans le partage des responsabilités entre les deux villages.

Fourmillant d’idées, les nouveaux membres ont déjà travaillé sur des projets, en lien avec la directrice de l’école : vente de sapin de Noël sur commande samedi 4 décembre, spectacle de Noël avec goûter le 16 décembre, quine le 5 mars, voyage scolaire du 20 au 24 juin, en partenariat avec l’école de Leynhac, fête de l’école le 1 er  juillet.

Le regroupement intercommunal pédagogique comprend 35 enfants répartis entre les classes de Marcolès et de Vitrac. Enfin, les coprésidents ont salué les représentants des trois communes pour les subventions accordées.

Le nouveau bureau. Coprésidents, Thierry Bousseau (Vitrac) et Nicolas Mas (Marcolès) ; secrétaire, Claire Beaudrey ; secrétaire adjointe, Marie-Laure Chausy ; trésorière, Catherine Joubert.

Source: La montagne – Nouveau bureau pour les parents d’élèves


Le bois est toujours une énergie d’avenir

Marcolès. Une énergie d’avenir. Les propriétaires forestiers, invités par le CRPF et l’AFCC se sont retrouvés à la salle polyvalente, pour une réunion sur le thème du bois énergie. Annick Fabbi, directrice d’Énergie 15 et Isabelle Gibert Pacault, directrice du CRPF, ont eu pour objectif de rétablir quelques vérités sur les infos qui circulent sur le sujet. Les arbres prélevés alimentent en effet les scieries pour environ 55 % (bois d’œuvre) le reste alimente le bois d’industrie, le bois de chauffage en bûches et la plaquette valorisée dans les chaudières automatiques.

La sciure est transformée en granulés ou pelets. Le développement des réseaux de chaleur ne met donc pas en péril la forêt cantalienne, la plaquette produite localement alimente les réseaux de chaleur, elle est également utilisée par les agriculteurs pour la litière.

Les propriétaires forestiers ont ainsi tout intérêt à réaliser des coupes d’amélioration de façon à rajeunir la forêt. Le département compte 31 millions de mètres cubes de bois sur pied, la production annuelle est évaluée à environ un million supplémentaire. Les intervenants ont rappelé les nombreux atouts des chaudières automatiques à bois, une énergie locale, sans rejet de CO2 et moins de particules fines qu’un écobuage. La réunion s’est terminée par la visite du réseau de chaleur de Marcolès qui fonctionne depuis bientôt quinze ans. Le réseau est alimenté par du bois local pour environ 1.000 mètres cubes par an, celui d’Aurillac, c’est 20.000 mètres cubes.

Source: La montagne – Le bois est toujours une énergie d’avenir


Le retour du marché d’art et d’artisanat

Marcolès. Marché d’art et d’artisanat. Après deux années blanches façon Covid, l’association Talents d’ici et d’ailleurs va enfin pouvoir fêter le dixième anniversaire de son marché d’art et d’artisanat.

Vingt-cinq artisans

Cette édition sera marquée par la nouveauté : une présentation des créations dans le cadre d’une déambulation d’expo en expo, rue Longue. Les visiteurs auront ainsi un contact personnalisé avec les vingt-cinq artisans qui présenteront peintures, sculpture, travail de la terre, du papier, des végétaux, du textile, des perles et d’autres encore. L’événement aura lieu samedi 20 novembre, de 10 h 30 à 19 heures et dimanche 21 novembre, de 10 heures à 18 heures. Pass sanitaire obligatoire et respect des gestes barrière.

Source: La montagne – Le retour du marché d’art et d’artisanat


Les élus ont validé les différents dossiers tenant à l’attractivité et au dynamisme de la commune

Dans la poursuite du programme d’embellissement de la Petite cité de caractère®, les élus ont voté plusieurs décisions lors du dernier conseil municipal.

Des aménagements et des projets

Dans l’attente du versement de subventions consenties, deux emprunts à court terme seront réalisés dans le cadre des opérations portant sur l’aménagement du bourg et la création de trois logements locatifs à la maison Bardes, dont les travaux ont débuté.

Concernant la maison Aigon, Christian Montin a rappelé l’arrêté de péril qui avait été pris sur cet immeuble afin de mettre fin au danger que représentait la chute régulière de tuiles. La réfection de la toiture avait été, en partie, supportée par la commune. Et si les propriétaires ont remboursé une partie des frais, un avenant au bail à réhabilitation, datant déjà de 2006 suite à des travaux précédemment effectués par la mairie sur ce bâtiment, a été signé, spécifiant que le reliquat serait régularisé par la poursuite de la mise à disposition du rez-de-chaussée de la maison.

Poursuivre l’embellissement de la Petite cité de caractère®

Les membres du conseil ont souhaité également reconduire la campagne d’incitation au ravalement de façades et à la réfection de toitures, conduite depuis plusieurs années maintenant, et ce afin d’aider les propriétaires à conserver le caractère architectural de leur patrimoine et contribuer ainsi à l’embellissement du bourg et des villages alentours. De même qu’ils ont approuvé la mise à jour du tableau de la voirie communale, suite à la création de la voie communale des Camps Mézanes, à la régularisation cadastrale de certaines voies, au classement de nouvelles places et parking, fixant la longueur de voies communales à 61.766 mètres linéaires.

Plusieurs dossiers sont toujours en cours de réflexion. Ils portent, notamment, sur la reprise par la commune de la station-service du Portail Bas, et sur la création d’une maison du développement durable pour laquelle elle bénéficierait du concours de l’ANCT (Agence nationale de la cohésion des territoires).

Des investissements

Enfin, Christian Montin a fait le point sur le programme d’investissements actuels : le plan de financement pour la réhabilitation de la maison Giraudet est bouclé et l’appel d’offres publié. Les travaux relatifs à la mise en place du périmètre de protection du forage du moulin de Cazes sont en cours.

L’étude se poursuit quant au projet d’aménagement de la grange Guirbert. Le diagnostic du réseau d’alimentation en eau potable et les travaux de mise en place de la télésurveillance devraient bientôt débuter.

Le dernier sujet traité et voté durant ce conseil municipal concerne une convention de mise à disposition de l’application « Atlas Cantal » par le Conseil départemental.

Il s’agit d’un outil de consultation, de gestion et d’exploitation de données géographiques, exploitable gratuitement par internet.

Source: La montagne – Les élus ont validé les différents dossiers tenant à l’attractivité et au dynamisme de la commune


Le vieux four revit le temps d’une rando

Marcolès. Un vieux four rallumé à l’occasion de la randonnée. C’était la dernière activité estivale proposée par le comité d’animation culturelle. La « Randonnée de four en four » du week-end dernier a remporté un franc succès.

Après une agréable marche de 9 kilomètres dans la campagne marcolésienne, les randonneurs ont pu découvrir un four récemment restauré, au lieu-dit « Le Bousquet », où une cinquantaine de miches de pain avait été cuite. Chacun a pu en déguster au cours du pique-nique tiré du sac, et ensuite repartir avec un large morceau.

Ce fût une très belle journée, et les propriétaires des lieux étaient ravis d’accueillir autant de monde autour de leur patrimoine si joliment conservé.

Source: La montagne – Le vieux four revit le temps d’une rando


Une prestation lyrique magistrale

Marcolès. Une prestation magistrale. Le concert lyrique organisé à l’occasion des Journées du patrimoine, par l’association Les Esclops, a rencontré un immense succès auprès du public.

Simples néophytes ou véritables mélomanes, tous ont été unanimes : dès que les premières notes de piano ont retenti, dès que la voix cristalline s’est élevée, ils se sont sentis transportés dans l’univers du bel canto pour n’en redescendre qu’une bonne heure après.

Aymeric Gracia, premier violon à l’orchestre Colonne, jouait du piano et du violon de façon étourdissante, tandis que Claire de Monteil, soprano internationale, de par sa virtuosité vocale, entonnait de grands airs d’opéra tirés des œuvres de Bizet, Puccini, Mozart ou Chausson.

Un concert d’exception, acclamé par un public conquis.

Source: La montagne – Une prestation lyrique magistrale


Un concert lyrique d’exception, demain

Marcolès. Un concert lyrique pour les journées du patrimoine. Demain dimanche, à 17 h 30, Claire de Monteil, chanteuse soprano internationale et Aymeric Gracia, violoniste et pianiste, se produiront en l’église Saint-Martin pour un concert lyrique, organisé par l’association Les Esclops, pour les Journées européennes du patrimoine.

Un duo reconnu pour des airs d’opéra

Source: La montagne – Un concert lyrique d’exception, demain


Le festival Lez’arts de la rue de retour à Marcolès (Cantal) ce dimanche 15 août

Le spectacle vivant pose ses bagages à Marcolès avec la 26e édition du festival Lez’arts de la rue, ce dimanche. Les organisateurs misent sur une programmation familiale pour « redonner le sourire aux gens. »

« On tient le choc, on a décidé de maintenir le festival », annonce, Julien Versange, responsable de la programmation du festival Lez’arts de la rue depuis 2015. Après une année sans spectacle vivant suite à la pandémie, les artistes de rue reposent leurs bagages à Marcolès. Le festival est prévu ce dimanche avec une programmation allégée. Sept compagnies proposeront leur création « au lieu de treize habituellement. Les spectacles devront être fixes, détaille Julien Versange. « On se devait de maintenir l’événement, car on a aussi envie de soutenir les artistes de rue. »

Chaque été, le festival Lez’arts de la rue « attire un public fidèle et intergénérationnel », qui rythme la vie de cette commune médiévale. « En temps normal, on reçoit entre 5.000 et 6.000 personnes sur la journée. C’est un public familial qui vient parfois de loin, du Puy-de-Dôme, du Lot, de l’Aveyron ». Cette année, malgré le contexte sanitaire, Julien Versange reste optimiste : « Comme d’autres festivités sont annulées, on se dit que les gens viendront à Marcolès.

« Je ne suis pas inquiet, on a beaucoup de réservations en ce moment. On sent qu’avec la situation actuelle, les gens ont envie de s’évader »

Pour satisfaire petits et grands, Julien Versange a misé sur une programmation familiale dont il est fier. « Si on souhaite débrancher le cerveau pendant une heure, je conseille le spectacle Rosemonde de la Compagnie du vide. C’est un solo de clown par excellence avec des gags vraiment très drôles et une répartie légendaire. »

Les 25 ans du festival Léz’arts de la Rue en images

Tous les ans, le festival Lez’arts de la rue, qui fête sa 26e édition, présente un spectacle en collaboration avec Éclat, l’association organisatrice du Festival international du théâtre de rue d’Aurillac. « Cette année, ce sera Nenna de la compagnie Raoui. Ce spectacle est bluffant, avec la guerre d’Algérie en toile de fond ».

Bastien Chaize

Le programme 

Compagnie Louise Rafale (Foutraktown). De 15 h 15 à 16 heures et de 17 h 45 à 18 h 30, dans la cour de la mairie.

Compagnie Colegram (Descendre de Jeanne). De 19 h 15 à 20 h 30 sur le terrain de sport.

Lapin 34 (Broglii). De 14 heures à 15 heures et de 18 h 30 à 19 h 30 sur la place de l’Église.

Compagnie du vide (Rosemonde). De 14 heures à 15 heures et de 18 h 30 à 19 h 30, dans la cour de l’école.

Les barjes (Joe & Joe). De 15 h 15 à 16 h 15 sur le terrain de sport et de 20 h 45 à 21 h 45 sur la place de l’Église.

Qualité street (La lumière de nos rêves). De 16 h 30 à 17 h 30 et de 20 h 30 à 21 h 30 dans la cour de l’école. 

Compagnie Raoui (Nenna). De 16 h 30 à 17 h 30 sur la place de l’Église. Gratuit en collaboration avec l’association Éclat.

Source: La montagne – Le festival Lez’arts de la rue de retour à Marcolès (Cantal) ce dimanche 15 août


Les élus municipaux ont reçu les responsables de la société lors du dernier conseil municipal

Lors de leur dernier conseil municipal, les élus recevaient les responsables de la Galoche du Cantal afin d’échanger sur l’avenir et les perspectives envisagées de la société, qui ne cesse de prospérer depuis son installation en mars 2020, dans la cité médiévale.

La Galoche soutenue par la commune

Malgré la crise sanitaire actuelle, la Galoche du Cantal s’est développée sous l’impulsion de ses quatre associés et d’une renommée grandissante, employant aujourd’hui trois équivalents plein temps.

Outre l’atelier de fabrication, d’exposition et de vente situé dans une grange à proximité de la mairie, elle dispose également d’un site internet sur lequel il est possible de passer commande et où bientôt tout un chacun pourra confectionner son propre modèle.

Un musée de la Galoche bientôt créé

Bénéficiant du label « 100 % origine France garantie », la Galoche du Cantal est aujourd’hui le dernier fabricant en la matière en France et sera mise à l’honneur prochainement dans les salles de cinéma dès les mois de septembre en France, et novembre au Canada.

En parallèle, Carine Bidault, Éric Mas, Robert Bonhoure et Xavier Poly œuvrent au site « Coqethic » qui proposera à la vente des produits artisanaux « origine France garantie » et dont le siège sera également implanté à Marcolès.

Un autre projet est aujourd’hui à l’étude et devrait voir le jour au printemps prochain dans l’actuel atelier : le musée de la Galoche. En contrepartie, les espaces de fabrication et de vente déménageront dans une autre grange acquise par la commune, et qui donne directement sur la place principale du village.

Les autres projets immobiliers. Approbation de l’accord sur l’achat de la maison Giraudet, située rue Longue, et validation du plan de financement : outre une subvention de l’État (30 %), déjà acquise, le projet d’acquisition et de réhabilitation devrait également bénéficier d’une subvention de la Région, dans le cadre du dispositif villages remarquables, s’élevant à 50 % du montant HT des travaux.

Attribution des marchés pour la réalisation de trois logements à la Maison Bardes. A l’issue de l’analyse des propositions effectuée par le maître d’œuvre, le conseil a retenu les entreprises. Le montant total des travaux est estimé à 130.790 €, auquel seront rajouter les honoraires de maîtrise d’œuvre, de contrôle technique et de mission SPS.

Les derniers points abordés, concernaient la disponibilité du sytème de peson acquis par la commune, la planification d’une réunion portant sur la reprise de la station service avec la société Tokheim, la programmation d’une réunion de lancement concernant les travaux de réalisation d’un dispositif de sectorisation et de télésurveillance du réseau d’eau potable, l’achèvement du programme annuel d’entretien et de grosses réparations de la voirie communale. Ont été concernées : la voie communale de Blancou au moulin de Cazes, la route du Puy-des-Fourches, la voie communale d’Estieu, la voie communale de Vielcru et nombre d’autres interventions mineures. La voie communale des camps Mézanes a été reprise, dans le cadre de la garantie de l’entreprise.

Source: La montagne – Les élus municipaux ont reçu les responsables de la société lors du dernier conseil municipal


Redonner ses lettres de noblesse à l'hydromel, depuis Marcolès, dans le Cantal

Fabien Kaczmarek a mis des années à peaufiner sa recette d’hydromel. Et il se fait un point d’honneur à réhabiliter cet élixir méconnu. Depuis Marcolès, dans le Cantal, et sur les tables de chefs étoilés… Bienvenue dans sa cave pur une découverte d’un vin millénaire remis au goût du jour.

Il parle comme un vigneron, caressant de la main son tonneau en bois de châtaignier, humant le bord du verre et racontant l’histoire de la fermentation alcoolique en présentant les couleurs de ses futures cuvées, mûrissant de long mois.

Une recette peaufinée des années

Dans son local de fermentation, au « Cassagnol », à Marcolès, Fabien Kaczmarek, artisan hydromellier, a créé son hydromel de garde, tranquillement, avec des ingrédients choisis, et selon une recette traditionnelle. De l’eau de source de Teissières-les-Bouliès, du miel d’acacia ou d’aubépine et des levures. Un an à un an et demi de patience, à chaque fois, pour pouvoir embouteiller et distribuer.

« On peut tout faire avec de l’hydromel, le faire pétillant ou pas, aromatisé, je fais aussi une cuvée de Noël avec de la cannelle et de l’orange. C’est le plus vieil alcool au monde et peu de personnes le connaissent, c’est dommage », confie le maître hydromellier qui vend déjà sa production, lancée voilà quatre ans à Marcolès, à sept chefs étoilés. 

Pour visiter gratuitement l’hydromellerie, contacter Fabien, au 06.59.22.49.50. Sa boutique se situe rue Longue à Marcolès. Site internet : hydromel-apis-terrae.fr

Sur rendez-vous, il propose des visites gratuites de son local et fait partager un pan de l’histoire de cet alcool hors des âges et ses secrets de fabrication. Dans sa cave-boutique du XVIe siècle, rue Longue, à Marcolès, il fait déguster et tente de rallier le grand public à sa cause : la réhabilitation d’un hydromel oublié.

Le plus dur est de convaincre les sommeliers des grandes tables car l’hydromel n’a pas une image reluisante mais cela fait son chemin. Moi, je travaille comme un vigneron, je suis sur des cépages de miel et je reste dans la tradition.

Retour aux origines

Fabien Kaczmarek tenait un estaminet dans le nord de la France lorsqu’il a commencé à s’intéresser à l’hydromel voilà dix ans. Avec des bases scientifiques, il a mis deux ans à établir la recette de sa grande réserve et à la proposer aux clients. En découvrant le Cantal, il a le coup de foudre et s’installe à Marcolès, voilà quatre ans, avec femme et enfant pour lancer sa production. Il vend ses bouteilles aux particuliers et à sept tables étoilées de France. Il possède aussi une boutique, rue Longue à Marcolès pour la vente et la dégustation avec, également, un bar à miel. Parmi ses projets, une plantation d’aubépines et l’agrandissement de ses ruches pour promouvoir son terroir mais aussi la création en cours d’une levure à base de miel. En 2020, il a sorti un livre sur l’hydromel (éditions Eivlys) pour partager l’histoire de ce vin méconnu.

Texte : Magali RochePhotos : Marjolaine Guillouard

Source: La montagne – Redonner ses lettres de noblesse à l'hydromel, depuis Marcolès, dans le Cantal


Quatre lieux accueilleront les spectacles dimanche 15 août

Cette année, la cité médiévale retrouvera un peu de sa grandeur d’antan avec la programmation d’un minifestival « Lez’arts de la rue » ce 15 août.

Des minis Lez’arts de la rue

Le comité d’animation culturelle souhaitait vivement que les spectacles de rues reviennent cet été et a fait en sorte que cela soit possible en établissant un programme attractif, malgré la pandémie. Seulement sept compagnies, contre une quinzaine traditionnellement, seront présentes dans le village.

Drôles, sensiblesæ

Les spectacles seront disposés dans quatre lieux précis, permettant ainsi d’assurer une jauge, et de respecter les consignes sanitaires en vigueur. Une participation de 2 € par spectacle est demandée aux spectateurs, hormis pour la compagnie Raoui qui intervient en partenariat avec l’association Éclat, dans le cadre de Champ libre.

La compagnie « Lapin 34 » jouera sur la place de l’Église, de 14 heures à 15 heures et de 18 h 30 à 19 h 30, Broglii, une série de déclinaisons d’Imbroglio dans les styles choisis par le public en prenant comme point de départ la BD de Lewis Trondheim.

La « Compagnie du vide » sera basée dans la cour de l’école, de 14 heures à 15 heures et de 18 h 30 à 19 h 30 où le public fera la connaissance de Rosemonde et de son monde clownesque.

Les Barjes, avec leur spectacle Joe & Joe, sont programmés à 15 h 15 pour une heure sur le terrain de sport, puis à 20 h 45, place de l’Église.

La cie « Lousie rafale » s’installera avec deux marionnettes dans la cour de la mairie à 15 h 15 pour un spectacle de tragi-comédie muette Foutraktown pendant 45 minutes, et récidivera à 17 h 45.

La compagnie Colegram ouvrira le procès de Jeanne d’Arc au Tribunal des affaires historiques sensibles et controversées, situé au terrain de sport, de 19 h 15 à 20 h 30.

Qualité street présentera La Lumière nos rêves, cour de l’école, de 15 h 30 à 16 h 30 et de 20 h 30 à 21 h 30, où trois personnages totalement disparates partagent au fond d’eux la même lumière.

Le spectacle de la cie Raoui, Nenna est planifiée place de l’Église à 16 h 30.

Pass sanitaire ou test PCR de moins 48 heures obligatoire.

Renseignements et réservations au 06.41.97.18.55 ou 06.38.91.06.42 ou 04.71.63.58.30.

Source: La montagne – Quatre lieux accueilleront les spectacles dimanche 15 août


Le 23e critérium international de Marcolès (Cantal) en images

Organisé mercredi 4 août, deux ans après la dernière édition remportée par Warren Barguil, le critérium international de Marcolès est revenu au Clermontois Rémi Cavagna. Un succès au finish pour ponctuer les retrouvailles de la cité cantalienne avec le vélo et son public.

Il fallait montrer patte blanche, ou plutôt un pass sanitaire valide, mais cette contrainte n’a pas empêché le critérium international de réussir son pari d’un retour du cyclisme face à un public important à Marcolès.

Ce n’était certes pas l’affluence de 2019, sous un grand beau temps et à l’époque où le Covid n’était dans aucune bouche. Mais, mercredi, Marcolès a vibré et un semblant de normalité a enveloppé la Petite cité de caractère. 

Un public qui répond présent pour ces retrouvailles

Bouclée sur un succès dans le finish de Rémi Cavagna, la journée a bien connu deux averses importantes, lors du prologue puis durant le critérium des professionnels, mais pas de quoi doucher l’enthousiasme de l’assistance.

— Jean-Paul Cohade (@JPCohade) August 4, 2021

Retour en images sur ces retrouvailles tant attendues après une année blanche en 2020, qui avait vu Warren Barguil s’imposer, déjà avec le maillot de champion de France que portait Cavagna.

Photos : Thierry Lindauer Textes : Jean-Paul Cohade

Source: La montagne – Le 23e critérium international de Marcolès (Cantal) en images