Actualités

Les chasseurs préparent leur saison

Assemblée générale. L’Association de chasse communale agréée a tenu son assemblée générale devant une trentaine de chasseurs adhérents. En ouverture, Christian Montin, maire, a souligné l’importance du rôle de l’association dans la gestion de la faune, en respect de la réglementation qui s’impose à tous et ce malgré certaines difficultés, rappelant que la chasse est avant tout un loisir.

Dans le rapport d’activités, les prélèvements pour la saison sont de 65 lièvres, 145 faisans, 70 perdreaux, 45 renards, 35 blaireaux, 30 sangliers, 50 chevreuils. Pour l’année prochaine, il a été décidé le même lâcher pour le gibier à plumes, et à 5 couples de lièvres. Il n’y a pas de changement concernant le nombre de jours d’ouverture de la chasse qui demeure à 3 jours par semaine. Quatre chasseurs sont inscrits à la formation « sécurité en battue » portant ainsi le nombre de formés à une vingtaine.

Le bilan financier, présenté par Damien Flory, est à l’équilibre. Gisèle Molina et Jean-Louis Carrière entrent au conseil d’administration, suite à la démission d’Antoine Lantuéjoul.

Un apéritif et un repas ont conclu cette assemblée générale.

L’association organise une soirée grillades de sanglier, samedi 26 mai, à la salle polyvalente, à partir de 19 h 30, sur inscription au 06.88.10.64.75, ou au, 07.84.46.55.96 ou au, 07.70.31.13.34.

Source: La montagne – Les chasseurs préparent leur saison


Les budgets primitifs adoptés à l’unanimité

Budget principal. Fonctionnement : le budget s’équilibre à 908.386 €. Les principales charges sont : fonctionnement général : 232.181 €, personnel : 250.900 €, gestion courante : 63.675 €, financières : 16.780 €, exceptionnelles : 55.200 €. Les recettes comprennent : dotations de l’État : 277.801 €, impôts et taxes : 333.627 €, produits des services et du domaine : 69.420 €, de gestion courante et exceptionnels : 103.400 €.

Fidèle à sa position, le conseil a voté la stabilité des taux d’imposition.

L’investissement s’équilibre à 2.363.241 €. Une grande partie est constituée des restes à réaliser de l’exercice 2017, suite au retard pris sur d’importants programmes de travaux. Les nouveaux investissements sont : acquisition et réhabilitation de la Maison Royer : 290.000 € (subventionnée à 45 %), poursuite de la mise en accessibilité des bâtiments publics et de la voirie communale. Lesprincipales recettes sont constituées des restes à réaliser, du FCTVA, de subventions et du virement de la section de fonctionnement.

Eau et assainissement. Équilibre à 158.187 € en section d’exploitation. Les recettes proviennent de la vente d’eau, des locations de compteur et des redevances assainissement. Les dépenses portent sur les frais de fonctionnement du service. En investissement, les prévisions s’équilibrent à 227.404 €, l’essentiel est constitué de restes à réaliser des travaux prévus en 2017.

Budgets annexes. Ils s’équilibrent avec une participation de la commune.

Création de deux emplois emplois saisonniers. Un poste d’opérateur territorial des activités physiques et sportives pour la surveillance et l’entretien de la piscine ; un poste d’adjoint d’animation territorial pour l’accueil au camping et à la piscine.

Source: La montagne – Les budgets primitifs adoptés à l’unanimité


Autour du conteur Kamel Guennoun, les Nuits de Marcolès revêtiront les couleurs de la Kabylie

L’artiste Kamel Guennoun est l’invité des Nuits de Marcolès, déambulation contée et musicale qui aura comme thème, pour sa 25 e édition, la Kabylie.

Quatre soirs de voyage en terre berbère

C’est désormais officiel : un vent chaud venu de Kabylie va souffler sur la 25 e édition des Nuits de Marcolès. Les membres du comité d’animation ont validé le thème il y a quelques jours en compagnie du conteur invité, Kamel Guennoun.

Un thème choisi en commun

« On n’impose pas un thème, on choisit toujours avec le conteur, c’est une rencontre », décrit Marie Bilbaut, trésorière adjointe de l’association. Après deux passages à Marcolès en février, Kamel Guennoun, de nouveau aux côtés des organisateurs le week-end du 21 avril, est déjà amoureux du festival auquel il va participer pour la première fois : « Ce que j’aime beaucoup, c’est l’enthousiasme, cette fébrilité de la part des organisateurs. C’est une aventure pour eux ! Chaque année, ils font redécouvrir leur village. De mon côté, je vais vous amener un petit bout de Kabylie », sourit l’artiste originaire de cette région d’Algérie et installé dans le Lot.

Ensemble, les membres du comité d’animation et le conteur planchent sur le spectacle qui sera joué quatre soirs de suite dans les rues médiévales marcolésiennes. Un spectacle « éphémère » selon Kamel Guennoun, créé pour l’occasion, et qui réunira, en plus des conteurs amateurs du village, plusieurs artistes : la comédienne et chanteuse Aini Elfen, le musicien arabo-andalou Raphael Benyoucef et son oud, le joueur de cabrette cantalien Jean-Claude Rocher… « La musique d’ici et celle de là-bas se mélangent », sourit le conteur. « Ce sont des artistes qui n’ont jamais joué ensemble mais qui vont se rencontrer à Marcolès », se réjouissent les organisateurs.

« La musique d’ici et celle de là-bas se mélangent »

« Je vais finir par embaucher tout le monde, après le festival ! », s’amuse Kamel Guennoun, qui formule déjà un souhait : « Ça serait super qu’un jour je vous emmène tous en Kabylie. D’ailleurs, à peu près à la même période que les Nuits de Marcolès, il existe un festival qui s’appelle Raconte-arts, et qui se passe chaque année dans un village kabyle différent… »

Pratique. Du 18 au 21 juillet, départ à 21 heures place de la fontaine à Marcolès. Quelle que soit la météo, le spectacle est maintenu.

Source: La montagne – Autour du conteur Kamel Guennoun, les Nuits de Marcolès revêtiront les couleurs de la Kabylie


Laura Béal sacrée Miss critérium

À 22 ans, Laura Béal, vient d’être élue Miss critérium Marcolès. Elle succède à Caroline Breuil, miss 2017. Aurillacoise, elle suit des études chorégraphiques et pédagogiques supérieures à la Manufacture, à Aurillac. Elle a revêtu l’écharpe samedi, après avoir recueilli les faveurs du jury et du public, lequel a pu participer au vote pour la première fois. Ses deux dauphines sont Manon Freymont et Emma Lajarrige.

Salle comble pour l’élection

Toutes les concurrentes au titre ont défilé en maillot ayant appartenu à un champion cycliste puis en tenue de soirée et répondu à une question sur le monde cyclisme. Une belle après-midi, chargée de sourires, de convivialité dans une salle des fêtes remplie. Le jury était composé de commerçants locaux, de bénévoles d’associations et de représentants de la presse locale. Une date est d’ores et déjà inscrite à l’agenda de la nouvelle miss : le critérium cycliste international en Châtaigneraie, en hommage à Lucien-Cantournet, mercredi 8 août, à Marcolès.

Source: La montagne – Laura Béal sacrée Miss critérium


L’apéro-contes emporte le public

Un apéro-contes bien conté. Pour le deuxième week-end de préparation des prochaines Nuits de Marcolès, le comité d’animation culturelle a invité les bénévoles à un apéro-contes, où chacun apportait son repas, afin de leur présenter Kamel Guennoun, le conteur professionnel de la future édition. Toute la soirée, Kamel, par sa gentillesse, sa générosité, son aisance à jouer avec les mots, a emporté son auditoire dans l’exotisme de son univers, à travers des contes et des énigmes, où vieillards, ogresse, prince ou autres personnages mystiques se côtoyaient.

Nuits de Marcolès

Mais les Nuits de Marcolès se construisent aussi autour de conteurs amateurs. C’est ainsi que deux d’entre eux ont été conviés par le professionnel à s’associer à un conte.

Un troisième week-end de travail est prévu, début juin. Les bénévoles y découvriront le programme de la 25 e édition des Nuits de Marcolès, aux accents de Kabylie.

Source: La montagne – L’apéro-contes emporte le public


La commerçante est aux manettes du défilé de Miss Critérium

Outre le défilé de Miss Critérium qui a lieu aujourd’hui à Marcolès, Véronique Caumon s’investit énormément dans la vie de sa commune, sur les plans esthétique et artistique.

Véronique sublime les candidates

Avec sa grande taille et ses longs cheveux blonds, elle pourrait encore en imposer sur les podiums. Mais cette vie-là est derrière elle. Élue Miss Cantal et première dauphine de Miss Auvergne dans les années 90, Véronique a travaillé en tant que mannequin à Paris et Toulouse, avant d’exercer le métier de secrétaire comptable à Aurillac pendant 20 ans, puis de s’installer à Marcolès il y a trois ans, pour ouvrir sa boutique de prêt-à-porter.

« Quand j’avais 15 ans, et pendant les années qui ont suivi, j’ai fait beaucoup de défilés, déclare-t-elle. Je m’étais tellement régalé que je veux désormais faire vivre ça à d’autres filles »

« Au pré de ma blonde »

De cette volonté est née l’organisation ponctuelle de défilés, dont celui du concours de Miss Critérium à Marcolès. L’occasion pour Véronique de mettre en valeur les tenues, vêtements, bijoux, sacs et accessoires, qu’elle vend dans son magasin.

« Je vais chercher mes pièces à Paris, Lyon, en Espagne, et quelques fois en Italie. Je vais voir les grossistes, je furète », révèle-t-elle.

Pour habiller et apprêter la vingtaine de femmes qui défileront aujourd’hui, dont les sept candidates du concours de Miss Critérium 2018 (lire par ailleurs), Véronique souligne qu’elle reçoit l’aide d’une « quarantaine de filles » parmi lesquels des clientes, une esthéticienne, Julie Ginioux, et une coiffeuse, Émilie Gauzinte.

Le premier défilé, intitulé « Au pré de ma blonde » – du nom de sa boutique – et organisé en amont de celui de Miss Critérium, réunit des mannequins volontaires de 16 à 72 ans.

Théâtre

Passionnée par la mode, Véronique s’investit dans la vie de sa petite commune, au travers de l’association des commerçants de Marcolès, mais également au travers des arts. Ainsi, après un investissement de plusieurs années, elle est devenue présidente de l’association les Confipotes, une troupe de théâtre, dont elle s’occupe, pour ce qui concerne les enfants, de la chorégraphie, des textes et de la mise en scène. Avec un talent certain. Pour preuve, les Confipotes juniors, tout comme les acteurs adultes, ont été récompensés le 1 er avril dernier lors du festival de théâtre amateur « Les Printanières » d’Argentat.

« Elle est très créatrice et très douée, loue une de ses clientes. Certes elle est un peu spéciale mais avec elle, il faut toujours s’attendre à du spectacle. »

Source: La montagne – La commerçante est aux manettes du défilé de Miss Critérium


Naissance de la Guilde marcolésienne

Naissance de la Guilde Marcolésienne. « L’association en devenir » regroupant les commerçants, artisans et autres professionnels installés sur la commune de Marcolès a trouvé son nom : la Guilde marcolésienne. Après lecture et approbation des statuts de cette nouvelle née, il a été procédé à l’élection de son conseil d’administration composé de huit membres, parmi les représentants, puis à la désignation des membres du bureau.

La première décision prise a été de faire éditer dès sa validation, 5.000 exemplaires du dépliant qui reprend les informations sur les commerces, artisans, services et exposants de la cité médiévale. La fin de la réunion s’est conclue par une collation offerte par le maire, Christian Montin.

Le bureau. Hélène Mouton-Simonet est nommée présidente ; Véronique Caumon, vice-présidente ; Fabien Kaczmarek, secrétaire ; Ghislaine Hugon, secrétaire adjointe ; Chantal Bouqueau, trésorière ; Nathalie Vigier, représentant la MFR, trésorière adjointe.

Source: La montagne – Naissance de la Guilde marcolésienne


Élection de Miss Critérium Marcolès 2018

Élection de Miss Critérium 2018. L’élection de Miss Critérium 2018 aura lieu samedi 28 avril, à 17 heures, à la salle polyvalente. Cette élection, précédée du défilé de mode « Auprès de ma Blonde », à 14 h 30, est organisée en collaboration par l’association du Critérium international de Marcolès et Véronique Caumon, qui habille les prétendantes.

Source: La montagne – Élection de Miss Critérium Marcolès 2018


Les commerçants et artisans locaux créent leur réseau

Les commerçants et artisans marcolésiens font le choix du collectif et se regroupent en association, afin de créer un réseau qui leur donnera une meilleure visibilité.

Marcolès mise sur son plan

ÀMarcolès, il y a les Nuits, le critérium, Léz’Arts de la rue… Mais il y a aussi les commerçants et artisans qui, à l’année pour les uns ou en saison pour les autres, animent le village au quotidien. « Un spa, un restaurant désormais étoilé, des produits à base de miel… », énumère Hélène Mouton-Simonet, potière-céramiste et membre d’une « association en devenir » qui vise à regrouper les nombreux professionnels installés dans la commune.

Valoriser l’activité économique

À l’origine de ce projet associatif, un plan : celui du bourg, agrémenté de pastilles indiquant les emplacements des commerçants, artisans mais aussi services, logements, avec leurs coordonnées, horaires d’ouverture… « On a voulu créer une carte qui allait tout répertorier », décrit la potière qui, issue d’une formation graphiste, se charge actuellement de concrétiser l’idée.

Distribué dans les boutiques mais aussi à la mairie et dans les offices de tourisme, le plan, dont le nombre de tirages papier n’a pas encore été défini, sera également disponible en version dématérialisée et sera modifié régulièrement en fonction de l’évolution des activités.

Pour Hélène Mouton-Simonet, l’association créée autour de ce plan vise à « valoriser l’activité économique du village. L’idée, c’est de faire savoir aux gens que, quand on vient à Marcolès, on peut y manger, y dormir et même rester quelques jours, visiter les boutiques… ».

Autre objectif : créer une synergie entre les commerçants et artisans et élaborer des stratégies de communication mutuelles, afin d’accroître leur visibilité.

Réunion. Les membres de l’association se réunissent ce soir à 18 h 30 à la mairie afin de voter les statuts, d’élire un bureau, de présenter les projets mais aussi de choisir un nom définitif.

Source: La montagne – Les commerçants et artisans locaux créent leur réseau


Des félicitations pour une étoile

Des félicitations pour une étoile. Le conseil municipal a souhaité organiser une cérémonie solennelle, afin de féliciter Renaud Darmanin, et toute son équipe, pour l’attribution de sa première étoile au Guide Michelin. Christian Montin, maire, a évoqué l’historique de l’Auberge de la Tour, devenue, grâce à cette nouvelle distinction, un haut lieu de la gastronomie cantalienne et castanhaïre.

Lieu d’accueil depuis le milieu du XVIII e siècle sous le nom de l’auberge de la Croix d’Or, l’auberge de la Tour est devenue propriété de la mairie, un peu avant 2000, qui engagea sa rénovation tout en en confiant l’exploitation à Nathalie Martinet, pendant 10 ans ; Renaud Darmanin acquiert le fonds de commerce en 2010.

La municipalité, convaincue par son talent et sa persévérance à réaliser son projet, développe la structure en créant en 2015 trois chambres de standing et en concevant une cuisine à la hauteur des ambitions du chef. Le travail effectué ces dernières années a été récompensé et la mairie, la communauté de communes, représentée par son président, Michel Teyssedou, Bruno Avignon, de Destination Cantal, ont tous fait valoir leur satisfaction pour la qualité de son travail, et pour cette reconnaissance qui apportera une notoriété supplémentaire pour Marcolès et la Châtaigneraie. Renaud Darmanin a, à son tour, salué ses partenaires pour le soutien et la confiance témoignés, et surtout son équipe en rappelant que « tout seul, même chef, on n’est rien ».

Source: La montagne – Des félicitations pour une étoile



Un concours et une chasse aux œufs

Une chasse aux œufs fructueuse. L’association Familles rurales entre Cère et Rance a programmé, cette année, sa chasse aux œufs à Marcolès. Une trentaine d’enfants ont répondu à l’appel et se sont présentés au foyer des jeunes du village où un concours de dessins était également organisé.

Après avoir donné les consignes (chaque enfant devant rapporter un œuf rouge, un vert, un jaune et un bleu), le but était aussi de trouver un des quatre œufs dorés, synonyme d’une récompense supplémentaire.

Les enfants sont partis à l’assaut des ruelles et carriérons de la cité médiévale, accompagnés de leurs parents, dans des cris de joie et d’agitation. Durant plus d’une heure, ils ont envahi le village, cherchant les œufs de couleurs dans tous les coins imaginables et espérant tous trouver un œuf doré.

Tous les enfants ont été récompensés pour leur assiduité et se sont vus remettre des œufs en chocolat. Les gagnants du concours ont également été primés avec du chocolat.

Source: La montagne – Un concours et une chasse aux œufs